Taran, septs coeurs, par Gwen Le Tallec

Je sors du commissariat. Il y a un soleil resplendissant en ce jour de décembre sur Saint-Malo. Machinalement, je relève le col de mon bombardier. Je sors du bâtiment flambant neuf situé non loin de la gare. Rue du Calvaire, cela ne s’invente pas ! Je prends à droite vers le port de pêche. Il se situe à vingt minutes à pied du commissariat. Une femme a été retrouvée par un joggeur au petit matin vers six heures environ, flottant dans le port de Saint-Malo. Il faut être malade pour courir à cette heure-ci. J’ai arrêté le sport de haut niveau, il y a longtemps. Je m’entretiens en fréquentant une salle de sport sordide dans le quartier de Marville. Je pédale sur une machine infernale qui affiche mon rythme cardiaque toujours trop haut et ma vitesse, trop basse… Je transpire la cigarette à chaque fois. Heureusement, j’adore celle que j’allume juste après l’effort. Dans le milieu de la police, certains me surnomment Peter Stuyvesant… En fait, je m’appelle Taran… Taran Courteline. Je ne le sais pas encore mais je vais être confronté à la plus terrible enquête de ma vie…


Et me voilà dans mon troisième Taran. Je finis d’exploiter le filon. Nous voici cette fois au cœur de Brocéliande pour une nouvelle enquête bien mystérieuse. Et je fais la connaissance de Maud qui a une belle place dans l’ile du sang…

J’enfile les Taran comme autrefois les Bob Morane quand j’étais ado. Er toujours avec le même plaisir. Merci à l’auteur de nous faire visiter la Bretagne dans ses romans. Bretagne, si chère à son cœur, et au mien ! Là, il est question de Binic, d’Étables sur mer. Mon coin. Là ou j’ai trainé mes guêtres, là où mes cendres iront côtoyer l’éternité quand le moment sera venu…

Bon… Gwen… A quand le prochain Taran ? Mettez-vous au boulot, j’attends…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.