Les années douces, par Hiromi Kawakami

Tsukiko croise par hasard, dans le café où elle va boire un verre tous les soirs après son travail, son ancien professeur de japonais. Et c’est insensiblement, presque à leur cœur défendant, qu’au fil des rencontres les liens se resserrent entre eux. La cueillette des champignons. Les poussins achetés au marché. La fête des fleurs. Les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne… Ces histoires sont tellement simples qu’il est difficile de dire pourquoi on ne peut les quitter. Peut-être est-ce l’air du bonheur qu’on y respire, celui des choses non pas ordinaires, mais si ténues qu’elles se volatilisent quand on essaie de les toucher. Ce livre agit comme un charme, il capte en plein vol la douceur de la vie avant qu’elle ne s’enfuie.


Voilà un livre qui porte parfaitement son titre. Tout est doux, simple. Il peut y avoir un orage, une bande de gamins hurlants autour de vous, vous ne les entendrez pas, bercé que vous serez dans une lecture reposante. 15 pages sur une cueillette de champignons sans vous ennuyer, vous croyez que c’est possible , Ben oui, et vous adorerez…

En fait, mon ami Didier m’avait prêté les BD dessinées à partir de ces histoires. Les BD sont aussi bonnes que le livre. Parfaitement fidèles. Et comme je l’ai lu dans l’autre sens (BD d’abord), je peux même dire que le livre original est fidèle à l’adaptation qui en a été faite.

Laisser un commentaire