De mauvais augure, par Blake Pierce

9 juin 2017

Dans De Mauvais Augure (le deuxième tome de la série d’enquêtes de Keri Locke), Keri Locke, notre enquêtrice du service personnes disparues de la police de Los Angeles, est toujours hantée par l’enlèvement de sa fille. Poussée par un nouvel indice, le premier depuis des années, elle se lance corps et âme dans sa recherche, déterminée à retrouver sa fille.
En même temps, Keri reçoit un appel paniqué d’un chirurgien plastique renommé de Beverly Hills, qui déclare que sa femme a disparu depuis deux jours. Il craint que son épouse, une femme du monde riche et admirée de tous, qui n’a aucune raison de partir, n’ait subi un sort funeste.
Keri entreprend de mener l’enquête, aux côtés du coéquipier qu’on lui a attribué, et qu’elle déteste. Pendant ce temps, son ancien partenaire, Ray, poursuit son rétablissement à l’hôpital. L’enquête de Keri l’amène au plus profond du monde des élites de Beverly Hills, un monde de riches oisifs. Elle rencontre des épouses au foyer esseulées, et d’autres, accro au shopping, aux existences vides de sens.
Keri, absorbée par ce monde, ne sait plus que penser face aux signaux contraires : cette femme, qui a un passé sulfureux et secret, et un harceleur, a-t-elle pu s’enfuir, ou bien a-t-elle été enlevée ?
Ou s’est-il produit quelque chose de bien plus sinistre encore ?


J’ai lu ici ou là que ce deuxième opus était un copier coller du premier, donc sans intérêt. J’ai bien fait de ne pas m’arrêter à ces remarques.
Certes l’enquêtrice est toujours la même, donc avec le même caractère et les mêmes habitudes. Elle est toujours à la recherche de sa fille, non, ça ne change pas… Elle n’en fait qu’à sa tête, comme dans le premier épisode… Son chef est en colère après elle et veut la dessaisir de l’affaire, comme dans le premier…Et une personne a disparu, normal puisque Keri travaille au bureau de recherche des personnes disparues de LA.
Mais voilà, Wallander reste Wallander au fil des épisodes écrits par Mankel. C’est pourtant bien avec plaisir qu’on lit ses livres.
Alors c’est avec plaisir que j’ai lu ce deuxième épisode de la série. Du niveau du premier, avec ses bons et ses mauvais côtés, ses incohérences et ses histoires suivies. Certes, ce n’est pas un prix Nobel, mais ça se lit très bien. On s’accroche à l’histoire, l’auteur nous balade jusqu’à 90 % du livre pour nous donner la solution à la toute fin.
La fin est aussi incohérente que dans le premier, genre attachée par tros cordes au fond de la mer, elle réussit à s’en sortir grâce à un coupe-ongle que le méchant n’avait pas vu et avec lequel elle a réussi à couper ses menottes en acier trempé.. Bon, j’exagère un peu mais à peine…
Alors, faites vous plaisir, laissez vous guider dans cette lecture plutôt agréable. Maintenant, ne pas en lire trois ou quatre de suite, ça doit lasser…

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *